Rechercher

Les 3 modes de l'image


L'estime de soi passe d'abord par la compréhension

de ces modes.


Il est vrais que je parle des diffences de l'image pendant mes séances assez longuement mais je vais essayé de vous faire un petit résumé ici.


L'image que les autres ont de vous :

C'est celle que l'on renvoi (la perception), celle qui vous donne un style, un caractère, une morphologie.

Le Style : les vêtements, les accessoires, les tatouages... Tout ceci décrit votre style, vos goûts, du moins ceux que vous montrez aux yeux de tous.

Le Caractère où personnalité : paisible, zen, forte, extravagant, introverti... Tout ce que vous êtes en public ou en petit comité.

La morphologie, l'état cutané : mince, ronde, petite, grande, ridé, pâle, sombre, acnéiques....... Vous êtes telle ou telle morphologie ou du moins, c'est ce que vous vous dites en regardant le miroir. C'est cette morphologie que les regards extérieurs verront. Dans notre société actuelle, la morphologie est importante, car elle joue sur notre mental et nos choix vestimentaires, style et trait de caractère décris ci-dessus. Quand je fais des photos de confiance en soi ou encore de la photo lié à la thérapie (photo-thérapie) la notion de poids, taille reviens quasi automatiquement sur le tapis.

"Je suis trop comme ci où comme ça donc je m'habille de tel et telle manière pour paraître plus grande, moins ronde ou...."

Bref, vous l'avez compris, j'entends cela très très régulièrement.

La notion de paraître différents niveaux caractère joue aussi beaucoup pour les femmes qui sont un peu working girl.

" Devant mon client, je dois en imposer et ma tenue vestimentaire ainsi que ma personnalité doit être à la hauteur".


Je suis tout à fait d'accord sur vos ressentis, mais l'image que les autres ont de vous doit être en harmonie avec l'image que l'on a de soi.


L'image que l'on a de soi :


Personnellement, je l'appelle l'image interne, car c'est exactement (selon moi) le mot approprié.

Je vous lirais bien une partie scientifique pour l'expliquer, mais j'ai peur que cela vous ennuie. Bon, je tente : voici un texte écris par : docteur "Xavier Latouche" de Paris :


"L’image que l’on a de soi : l’IMAGIS Marque l’écart existant entre l’image de la photographie (ne parlons pas du miroir, car l’image en est déjà inversée), et l’image corticale, correspondant à la cartographie des aires sensorielles de notre cortex cérébral, forgée et renforcée par l’ensemble des appareils perceptifs. On pourrait encore jusqu’à là rêver d’une certaine objectivité de l’image, mais, le croisement des images entre hémisphère droit et hémisphère gauche, les connexions profondes avec les aires visuelles, auditives gustatives et olfactives, les connexions mystérieuses avec notre cerveau archaïque et notamment avec le non moins mystérieux rhinencéphale, le cerveau limbique, siège de nos émotions, toutes ces connexions inconnues qui nous mettent en relation avec notre enfance, notre culture, nos parents, notre vécu récent ou ancien, tous ces liens immédiats vont stimuler notre affect et créer des distorsions de l’image en positif ou en négatif, qui vont nous éloigner d’autant de l’image objective."


👉 Voici aussi un texte qui me parle grandement puisque c'est ma méthode à moi (niveau photographique) de vous aider :


"Par contre, l’équilibre et le bien être demandent que ces deux images ne soient pas trop éloignées l’une de l’autre, sous peine de ressentir une grande souffrance, qui, si elle devient permanente, peut conduire au stade de pathologie névrotique, voire psychotique, telles qu’on les retrouve dans les états border line, ou dans les schizophrénies avérées....blablablablabla"

😱 Oula, calmez vous monsieur le docteur mes clientes n'en sont pas à ce stade psychotique tout de même mais cependant vous avez raison de le rajouter pour des cas pathologique de plus grande ampleur.

Autre chose à ajouter docteur ?

"Toute la difficulté consiste à appréhender au mieux l’image que les autres ont d’eux-mêmes, à partir de leur témoignage, de l’image objective, et de l'image qu'on les autre de vous. "


Merci docteur d'écrire avec des mots bien plus médicaux que moi.

Attendez ce n'est pas fini, il manque un point important de l'image.


L'image dite "objective" :

Personnellement, je l'appelle l'image instantanée. Oui, vous commencez à me connaître maintenant, j'aime bien donner des mot moins scientifique aux choses et un peu plus simple et compréhensible. Peu importe de comment vous l'a nommez, mais cette partie est la plus importante, car son acceptation est très souvent difficile.

Cette image, c'est l'instant T.

Celle que vous êtes à l'instant ou la photo a été prise par exemple. Je ne parle pas de tenue vestimentaire ou autre, mais du temps, de la vérité sur votre image incontestable et inaltérable. Le temps ne s'arrête pas. Il ne se met en pause que grâce à la photographie. Vous êtes vous à telle date, telle heure, tel endroit et vous êtes telle personne. Avec des émotions du moment, des sens et des perceptions des choses voulues à cet instant T.

L'être humain est ainsi fait nous changeons au fil des années. De morphologie, de sens, d'émotions. Nous gardons certains point, mais nous changeons sur d'autres notamment notre reflet. Alors caette image est importante oui, car nous nous devons de comprendre et de ne pas négliger ou d'altérer notre évolution dans le temps.


👉 Vous comprenez maintenant que ces 3 images sont liées étroitement.

Si l'une est altérée, l'autre aussi par quelque moyen que ce soit.


Mon rôle est dans la photo-thérapie est de vous faire redécouvrir votre image instantanée et de l'a lié avec les autres images (grâce à la thérapeute) afin de mettre ces 3 sens modes en harmonies.


Conclusion :

Notre image se modifie autant en interne qu'en externe. La vie est faite d'aléas et de calme plat, ce qui modifie l'apparence, et les émotions (la colère, la tristesse...).. L'harmonisation de ces 3 modes se modifie suivant notre évolution : de l'enfance à l'adolescence et de l'âge adulte à la personne âgée.

Posts récents

Voir tout